cours quatrième année

Sociologie des organisations

Infos

Discipline : Sociologie
Nom de l’enseignant : Pierre ROUXEL, Clémentine COMER
Nombre d’heures : 24H - Semestre 1
Nature et forme de l’épreuve : CT - Ecrit 3H
ECTS : / cursus international : CC + CT oral 6 ECTS
Code Erasmus : U1EEH76U

Descriptif :

Dans son acception la plus large, une organisation constitue un système social de relations interpersonnelles interdépendantes fondé sur le double principe de la hiérarchie et de la coopération.

Depuis la Révolution industrielle et le développement de l’Etat-Providence, le « phénomène organisationnel » n’a cessé de se développer et est devenu central. Aujourd’hui, les organisations sont omniprésentes et aucun aspect de la vie (politique, économique, administrative, sociale) n’y échappe.

Le cours vise à présenter, discuter et mettre en perspectives les principaux outils permettant de mieux comprendre et expliquer le fonctionnement des organisations et, plus largement, de l’action organisée, par des modes de raisonnement.

L’analyse des organisations constitue en effet un courant de recherche spécifique au sein de la sociologie et le cours s’attache à retracer l’histoire scientifique de cette discipline particulière et ses principaux apports. On présentera ainsi successivement :

• les travaux les plus importants et leurs auteurs (Weber, Selznik, Simon, March, Crozier, Friedberg, etc.), qui ont permis de faire progresser notre connaissance du phénomène organisationnel 


• les modèles théoriques et leurs concepts clés : la domination légale-rationnelle, la rationalité limitée des acteurs et des processus de décision, l’analyse stratégique et en termes de systèmes d’action, la « théorie » de la contingence structurelle, le modèle des « anarchies organisées », la régulation croisée 


• les principaux résultats empiriques portant sur des terrains ou des systèmes d’action particuliers et très divers (par exemple : l’Etat et l’administration, les relations entre l’Etat et les collectivités locales, l’action culturelle des villes, le gouvernement des universités) 


• les usages sociaux et professionnels de ce corpus de connaissances (ce qu’il est convenu d’appeler le « management participatif »), qui visent à améliorer le fonctionnement des organisations en favorisant la coopération 


• la méthode et les outils spécifiques qui s’inspirent largement d’une démarche inductive originale. 
Tous ces apports contribuent à fournir des éléments de réponse compréhensifs et explicatifs pertinents et opératoires à des questions et des problématiques plus larges : l’action collective, le pouvoir, l’intégration sociale, la socialisation, le changement social, etc. 


Bibliographie :

• BALLÉ (C.), Sociologie des organisations, Paris, PUF, 1990.

• BERNOUX (P.), La sociologie des organisations, Paris, Le Seuil, 1985.

• CROZIER (M.) et Friedberg (E.), L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977.

• DUPUY (F.) et Thoenig (J.-C.), L’administration en miettes, Paris, Fayard, 1985.

• MARCH (J. G.), Décisions et organisations, Paris, Éditions d’organisation, 1991.