cours deuxième année

Introduction à la sociologie

Infos

Discipline : Sciences sociales Sociologie
Nom de l’enseignant : Erik NEVEU
Nombre d’heures : 40H - Semestre 1
Nature et forme de l’épreuve : CT - Ecrit 5H
ECTS : / cursus international : CC + CT oral 6 ECTS
Code Erasmus : U2EEH92U

Descriptif :

Ce cours vise à mettre en évidence en quoi, à coté d’autres discours et décryptages du monde social (celui que peuvent produire nos conversations ordinaires et notre réflexivité, le regard des écrivains et artistes, celui des acteurs politiques ou des journalistes...) la sociologie offre une approche spécifique. On la résumera en trois revendications :

• Mettre en évidence des régularités, des causalités, des « lois » - au sens de probabilités- qui déterminent la survenue de comportements, de faits sociaux.

• Prendre simultanément en compte la capacité réflexive, l’expérience vécue, les subjectivités des agents sociaux qui ne sont jamais ni des «  idiots culturels  » ni des « automates de la structure ».

• « Faire science », dans un régime qui n’est pas celui des sciences dures et ne prétend pas détenir la Vérité, mais peut revendiquer par la combinaison des enquêtes et d’un outillage conceptuel, une capacité à rendre compte du monde social beaucoup plus précise, complexe et dure que les approches qui colonisent habituellement l'espace public.

On réalisera cette approche en prenant appui sur un auteur, Norbert Elias – qui succède en 2017 à cinq années d'enseignement sur la sociologie de Bourdieu. Pourquoi Elias ? Parce qu'il est avec Becker, Bourdieu, Durkheim, Weber, Goffman et quelques autres un des grands noms de la sociologie. Parce que sa démarche intellectuelle travaille à éviter les dichotomies simplettes et les débats pour mauvais café-philo (individu vs société, distanciation vs engagement, liberté vs déterminisme) qui empêchent plus de penser qu'elles ne produisent de l'intelligibilité. Parce que la variété des sujets qu'il a abordé (des la « civilisation des mœurs » à la construction de l’État, des génocides au génie de Mozart via des questions plus épistémologiques) est à la fois propice à de nombreuses illustrations et changements de focale, qu'elle permet pédagogiquement de donner de la chair à des enjeux théoriques.

Le cours se structurera donc autour d'un parcours dans, autour de et parfois contre l’œuvre d’Élias, de ses concepts (civilisation, configuration, habitus psychique) et de ses prolongements récents (chez des sociologues comme Mennel, de Swaan ou Wouters). Il ne sera pas pour autant le seul auteur sollicité (spécialement parce que les conférences de méthode seront centrées sur d'autres sociologues et sociologies). L'ambition de ce cours n'est en rien de participer d'une histoire des idées sociologiques (On en trouvera une illustration réussie dans « Les étapes de la pensée sociologique » de R. Aron). L'objectif du cours est de suggérer ce que veut dire « penser sociologiquement » : par la combinaison de l’enquête de terrain et d'une boite à outils théorique, par le souci de mettre en question les évidences du sens commun, par le primat des relations sur des « essences ».

Bibliographie :

• On peut s’initier aux textes de N Elias en lisant ses volumes les plus faciles ou les plus pédagogiques : Il peut s'agir de « La civilisation des mœurs » (Pluriel, 1992), de « La dynamique de l'occident » (Champs Flammarion, 1985), ou de la « Société de Cour » (Champs Flammarion, 1978) ou encore de « Sport et civilisation » (Fayard, 1994) co écrit avec Eric Dunning . Il existe aussi un volume d'entretien autobiographique « Norbert Elias par lui-même » (Fayard, 1990). On ajoutera comme des livres essentiels dans l’œuvre d'Elias « Qu'est-ce que la sociologie ? » (Pocket, 1993), «Engagement et distanciation » (Fayard, 1992), « La societe des individus » (Fayard, 1991)...pédagogiquement on suggérera cependant de commencer par des textes plus « faciles ».

• Il n'existe pas en langue française une grande abondance de textes sur Elias. On peut signaler le Repères de Nathalie Heinich sur « La sociologie de Norbert Elias » (La découverte, 1998). Coté anglophone, dans une production bien plus conséquente, on signalera « Violence and Civilisation. An introduction to the work of Norbert Elias », Par Jonathan Fletcher, Polity Press, 1999. 

Les sociologues se revendiquant d'Elias publient une Newsletter Figurations qui couvre l'actualité editoriale, les colloques, la publication et traduction des textes d'Elias. http://www.norberteliasfoundation.nl/figurations.php