cours quatrième année

Histoire de la chine,
 de la « guerre de l’opium »
à la mort de deng xiaoping (1842-1997)

Infos

Discipline : Histoire contemporaine
Nom de l’enseignant : Gilles RICGARD
Nombre d’heures : 22H - Semestre 2
Nature et forme de l’épreuve : CT - Oral -H
ECTS : / cursus international :
Code Erasmus :

Descriptif :

Immense pays dont il n’est pas question ici d’envisager l’histoire dans sa globalité. D’où le choix d’un angle de vue particulier : celui de la puissance. La Chine, une grande puissance en déclin prolongé du milieu du XIXe au milieu du XXe siècles, puis se reconstituant rapidement, sinon aisément, en l’espace d’un demi-siècle.

  •  1 – La « Guerre de l’Opium » de 1840-1842 fut le point de départ d’une colonisation spécifique car multilatérale (Royaume-Uni, France et Russie, accessoirement États-Unis et Allemagne) et indirecte, symbolisée par le contrôle britannique sur Hong Kong, l’abaissement des tarifs douaniers et le système des concessions de Shanghaï. Tout cela conduit au nom de la nécessaire « ouverture » commerciale du pays.
  • 2 – Au tournant du XIXe et du XXe siècles, une nouvelle puissance entra en jeu : le Japon, engagé dans la révolution industrielle depuis Meiji et participa au démembrement de la Chine. Après s’être substitué à la Russie puis à l’Allemagne, il devint peu à peu hégémonique dans le pays, au point d’en contrôler directement l’essentiel du territoire et des habitants de 1937 à 1945.

  • 3 – La victoire des Alliés dans la Deuxième Guerre mondiale bouleversa le rapport des forces et déboucha sur la prise du pouvoir par le PCC, première force dans la résistance à l’impérialisme japonais. Les communistes, loin d’être le simple relais de Moscou, mirent en oeuvre – non sans dramatiques revirements – une politique essentiellement nationaliste. Cela aboutit, sous la conduite de Deng Xiaoping dont la mort coïncida avec le retour de Hong-Kong à la Chine, à l’impressionnant renouveau de la puissance chinoise, fondée sur un développement économique qui, par bien des aspects, emprunte au modèle japonais du siècle précédent.

Bibliographie :

  • Gilles BÉGUIN et Dominique MOREL La Cité interdite des ls du Ciel, Gallimard (Découvertes), 1996

  • Marie-Claire BERGÈRE Histoire de Shanghaï, Fayard, 2002

  • Jean-François BILLETER L’art chinois de l’écriture, Skira- Seuil, 2001

  • Jean CHESNEAUX (dir.) Histoire de la Chine, Hatier, 1969- 1977 (4 vol. : 1840-1885 / 1885-1921 / 1921-1949 / 1949- 1976) ; Le mouvement paysan chinois (1840-1949), Seuil, 1976

  • Anne CHENG Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 1997, réédition Points-Essais 2002

  • Mireille DELMAS-MARTY et Pierre-Étienne WILL (dir.) Tradition chinoise et démocratie : le problème du droit et de la légalité, Fayard, 2005

  • Danielle ELISSEEF-POISLE Histoire de la Chine, les racines du présent, Monaco, Le Rocher, 1997

  • Pierre GENTELLE (dir.) Chine, peuples et civilisation, La Découverte, 1997, rééd. 2004

  • Jacques GERNET Le monde chinois, A. Colin, 1972, rééd. 1990 et 2003 ; L’intelligence de la Chine. Le social et le mental, Gallimard, 1994

  • Vincent GOOSSAERT Dans les temples de la Chine. Histoire des cultes, vie des communautés, Albin-Michel, 2000

  • Marcel GRANET La pensée chinoise, Albin-Michel, 1980

  • Yann LAYMA Chine, La Martinière, 2003